« Unseen Waterloo », le conflit revisité

2015 marque le bicentenaire du conflit où s’affrontèrent d’un côté, les Britanniques, les Prussiens et les Néerlandais, et de l’autre, les Français. Pendant que les médias européens se demandent comment cet événement a bouleversé l’ordre mondial, Sam Faulkner, grand reporter et photographe, nous montre de quelle manière il est commémoré aujourd’ hui. Chaque année, des centaines de passionnés d’Histoire vêtus de costumes d’époque, armes à la main,  se retrouvent sur l’ancien champ de bataille de Waterloo, à quelques kilomètres au sud de Bruxelles, pour revivre l’affrontement des grandes puissances européennes.

Qu’a-t-on retenu de ce conflit ? Pour les Britanniques : la victoire du duc de Wellington, pour les Français : l’ultime défaite de la Grande armée et la fin de Napoléon Bonaparte. Cette exposition ne fait pas la part belle aux grands noms des champs de bataille mais rend hommage à ces milliers d’anonymes souvent oubliés des tableaux de l’époque.

L’artiste donne enfin un visage aux 200 000 hommes qui se sont battus ce jour-là : grenadiers, officiers, maréchaux, voltigeurs, caporaux, joueurs de tambour. Les photographies sont exposées sur des murs tapissés de laine rouge sang, le même tissu épais qui servait aux tuniques des soldats anglais jusqu’à la Première Guerre mondiale.

A l’époque, la photographie n’existait pas, et pourtant les portraits de Sam Faulkner paraissent plus réalistes que jamais. Depuis 2009, l’artiste se rend en Belgique pour rencontrer ces faux soldats férus de reconstitution, et les photographier in situ, dans un studio improvisé sur l’ancien champ de bataille. Sur les portraits, les visages ne sont plus flous, bien au contraire : on y voit des joues rougies par l’effort, des balafres de combat, des yeux au beurre noir, si bien qu’on ne sait plus vraiment distinguer le vrai du faux.

Unseen Waterloo: The Conflict Revisited, Sommerset House, Hamiltons Gallery, Entrée gratuite

Un article rédigé pour la French Radio London.